FREE : UNE REVOLUTION MOBILE À L’APPEL DE L’INNOVATION

Xavier Niel, PDG de Free a dévoilé les offres mobiles tant attendues mercredi dernier, après moult rumeurs concernant des forfaits à un prix imbattable. Après avoir « révolutionné » l’offre internet en mars dernier avec la mise en circulation de sa dernière Freebox, dotée de multiples fonctionnalités et à un prix obligeant ses concurrents à innover, Free se retrouve d’emblée sur la première marche du podium des offres mobiles.

Mercredi 11 janvier 2011, 9h10, Entrée en scène de Xavier Niel, jeans chemise blanche, décontracté comme dans ses habitudes, prêt à annoncer sa révolution mobile face à des centaines de journalistes et partenaires. Après un montage vidéo humoristique retraçant l’historique de l’arrivée de Free dans le marché de la téléphonie mobile, allant du rejet de l’ARCEP de sa candidature en octobre 2007, puis son obtention en décembre 2008 pour 240 millions d’euros, le décor est planté et les spectateurs sont tout ouïe.

Les raisons de la Free-mania :

Free bénéficie depuis plusieurs années d’une couverture médiatique assez impressionnante dans la mesure où chaque annonce de produit de sa part, a des conséquences directes sur la concurrence et sur l’appel à l’innovation.

L’intérêt pour Free mobile s’explique aussi aujourd’hui par le fait que le taux d’équipement en téléphonie mobile ne cesse d’augmenter depuis 10 ans, les prix des abonnements baissent mais la plupart du budget des ménages consacré au téléphone portable augmente quant à lui.

Le budget téléphone des Français a au moins doublé entre 1995 et 2000 et devient ce que les économistes appellent une « dépense forcée« , au même titre que d’autres charges domestiques comme le loyer, l’eau, l’électricité.

Mais l’image véhiculée par le groupe a tout son intérêt dans le succès : son président en est l’exemple type, débutant son parcours professionnel en 1984 par la création de services de minitel rose, il devance tout le monde en investissant dans le premier fournisseur d’accès à internet grand-public en France, Worldnet. Il a réussi à franchir les étapes à travers les années, et est désormais reconnu comme un très grand chef d’entreprise et est apprécié par son accessibilité vis-à-vis des médias.

Le FAI avait tout de suite compris l’intérêt du dégroupage internet, avait réduit sa facture et a maitrisé la relation avec ses abonnés. Avec l’offre triple play en 2002, le groupe a conçu lui même ses box et ses équipements de réseau, ce qui a permis une structure légère, avec seulement 5000 salariés contre 100000 chez France Télécom

L’offre Free mobile :

L’objectif fixé par le groupe Free est depuis plusieurs années de détenir la meilleure offre et d’apporter un prix inférieur au marché. Lors de sa conférence, Xavier Niel a clairement posé les problèmes que connait la téléphonie mobile en France et en a dévoilé ses solutions. Le marché de la téléphonie mobile constitue le marché le plus cher d’Europe : une minute de voix coutant 15 centimes d’euros, de plus les taxes vers les pays frontaliers sont importants.

Face à ce problème, la solution est clairement posée, Xavier Niel avait promis il y a plusieurs années de casser les prix des forfaits par deux, c’est chose faite avec une offre à 19,90€ par mois sans engagement de durée, contenant SMS, MMS, appels illimités en France et vers 40 autres destinations internationales, notamment les DOM TOM. De plus, devant l’essor des réseaux internet et leur possible futur utilité de transporteurs total des données, Free intègre un accès internet illimité par les usages mais avec un bridage à 3 GO, ce qui constitue toutefois une avancée très importante.

L’impact de ce forfait sur le marché est impressionnant : avec des services équivalents, il est 2,5 fois moins cher que l’offre Sosh, et environ 4 fois moins cher que l’offre de SFR et Orange.

Mais ce n’est pas tout puisqu’un forfait « social » est proposé, se composant de 60 minutes par mois et 60 SMS à un prix de seulement 2€. Ce forfait soulève la réaction, comme peut en témoigner le directeur de l’ARCEP, qui explique que le tarif social actuel préconisé par le gouvernement à 10€ a peu d’avenir du fait de cette offre. Cette offre pouvant d’ailleurs avoir des conséquences néfastes sur le marché de la carte prépayée.

De plus, Free continue de privilégier ses abonnés en diminuant le forfait à 15,99€ et en « offrant » le forfait social.

Les zones d’ombres :

Xavier Niel salue l’initiative de son groupe en dénigrant les pratiques des concurrents qui proposent des forfaits avec un téléphone mobile symlocké, leur assurant une fidélité quelque peu critiquable. Free propose ses offres sans terminal, il faudra donc passer par l’extérieur, puisqu’il a sous traité avec Sofinco un partenariat, ou détenir déjà un terminal désymlocké.

L’autre problème de taille : le service après vente. Il est bien trop tôt pour savoir quelle va être son efficacité face aux problèmes que nous pourront rencontrer avec le téléphone en question.

Mais le mystère est à son comble s’agissant de la couverture du réseau et à sa qualité. Free couvre à l’heure actuelle 30% de la population, processus lancé il y a maintenant presque six ans. Mais les connaissances concernant sa fiabilité sont bien limitées aujourd’hui. A titre d’exemple, Free a installé 15 antennes sur Paris, alors que SFR en a aujourd’hui plus de 350. Un accord a été passé avec Orange pour une durée de 6 ans pour pallier à ce problème : en effet les appels basculeront sur le réseau d’orange pour garantir l’accès au service.

Mais les installations ne se font pas sans problème, comme peut en témoigner récemment l’opposition des habitants de Thionville en Moselle qui ont demandé à la ville d’interdire l’implantation de trois antennes de free, se plaignant de troubles du sommeil et acouphènes supérieur à la normal.

Enfin, les conditions générales de ventes en elles même : Xavier Niel a présenté son contrat sous la forme d’une seule page, préconisant une facilité d’accès et de compréhension face aux « pavés » que les concurrents peuvent présenter. En son sein, Free conditionne le service à une utilisation non abusive, en bon père de famille, sans trop savoir pour l’instant ce que cela recouvre… Il apparait que la notion d’illimité manque de clarté.

L’impact sur le marché apparait indéniable et les demandes de souscription sont apparues dès le jour même de l’annonce. Face à cela, les mois qui vont venir pourraient se transformer en une véritable course à l’innovation pour se démarquer de Free, comme avec l’ADSL où les acteurs se différencient via les services. Néanmoins, la réaction ne s’est pas faite attendre du coté d’Orange qui a réduit les tarifs sur les principales offres de Sosh, sa marque low cost avec des abonnements allant de 9,90€ à 24,90€. De même, SFR, Virgin Mobile et Bouygues entament un processus de diminution des prix pour tenter tant bien que mal de ralentir les ruptures de contrat.

Quoi qu’il en soit, il est bien trop tôt pour avoir une idée réelle de la qualité de l’offre proposée par Free Mobile, des mystères demeurent notamment quant à l’interrogation des bénéfices face à des offres aussi basses, d’autant plus qu’elles ne concerneront que les 3 premiers millions d’abonnés pour l’instant. Des plaintes de nouveaux abonnés ont déjà lieu quand à la qualité du réseau, l’impossibilité d’utiliser internet.. Néanmoins l’impact sur le marché est bien là et Free se destine à clairement s’implanter sur le marché comme un adversaire de taille…

Sources:

ANONYME, « Free Mobile : la conférence de présentation des forfaits », Igeneration, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 10 janvier 2012, URL : http://www.igeneration.fr/0-apple/free-mobile-la-conference-de-presentation-des-forfaits-maj-73882

S. GODELUCK, « Le modèle Free : innover pour imposer ses règles du jeu », Lesechos, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 10 janvier 2012, URL : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0201779101532-le-modele-free-innover-pour-imposer-ses-regles-du-jeu-272939.php

O. CHICHEPORTICHE, « E.Barreiro, UFC Que Choisir : « Free Mobile, des tarifs séduisants mais encore des questions et quelques déceptions » », Businessmobile , mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 10 janvier 2012, URL : http://www.businessmobile.fr/actualites/ebarreiro-ufc-que-choisir-free-mobile-des-tarifs-seduisants-mais-encore-des-questions-et-quelques-deceptions-39767283.htm

L. MORICE, « Le téléphone portable, une « dépense forcée » pour les ménages » », Nouvelobs , mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 10 janvier 2012, URL : http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120105.OBS8167/le-telephone-portable-une-depense-forcee-pour-les-menages.html

CREATIVE COMMONS, « Xavier Niel », Wikipedia, mis en ligne en 2005, consulté le 10 janvier 2012, URL: http://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Niel

ANONYME, « Free Mobile : des riverains de Thionville contre les antennes-relais », Wikipedia, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 13 janvier 2012, URL: http://www.loractu.fr/thionville/965-free-mobile-riverains-thionville-contre-antennes-relais.html